Monter sans mors, c’est monter sans précision?!



Et bien, attaquons-nous à un autre mythe de la monte sans mors. J’ai souvent entendu dire que la monte sans mors manque de précision. On ne peut faire de figures précises et délicates bitless. Il faut absolument un mors pour réussir des figures de dressage complexe et pour avoir un cheval sur la main. On pourra réussir à la faire bitless, une fois appris avec un mors… Ceci est faux! Premièrement, parce que comme je l’ai dit dans un billet précédent, le contrôle n’est pas physique, mais bien mental. Deuxièmement parce que « less is more », pas besoin d’énormément de main pour réussir des figures complexes.


Troisièmement, c’est l’assiette tout entière qui doit être utilisée pour monter, les mains ne sont qu’une petite partie de l’équation. Développons… Lors de l’apprentissage, il faut prendre le temps qu’il faut! Nous sommes dans un monde où tout doit arriver vite… Toujours plus vite! Nous n’apprenons plus à patienter et à faire les choses doucement et avec progression. L’équitation est un art avant toute chose et l’art demande de la délicatesse et du temps. Le résultat sera peut-être plus rapide avec un mors, peut-être pas, cela dépend des chevaux, des cavaliers et la façon dont le travail est fait. J’ai appris la cession à la jambe, épaule en dedans, croupe au mur et pivot à ma jument sans mors, etc. Je commence même l’apprentissage des appuyés, toujours sans mors. Je ne manque jamais de précision lorsque je monte ma jument avec son petit side-pull classique. Je n’utilise que très peu mes mains, elles servent principalement à obtenir « la forme » de ma jument. L’impulsion vient de mon corps et mon énergie, la direction vient principalement de mon corps et est encadrée par mes mains, j’utilise aussi beaucoup mes jambes pour les figures de dressage. Tout bon écuyer sais que la main n’est là que pour encadrer, alors pourquoi l’idée que monter sans mors n’offre pas de précision? Mors ou pas, on encadre très bien quand même.


L’énergie, la direction du poids du corps et la jambe sont bien plus importantes que la main! Lorsque l’on incurve un cheval, ce n’est pas la main qui donne le plie, c’est plutôt la position du corps et des jambes, la main ne fait que supporter l’action. Lors d’une cession à la jambe, encore une fois, le poids du corps et la jambe arrivent bien avant la main en terme d’importance! Même lorsque je fais un arrêt, c’est mon corps tout entier qui stoppe ma jument… Non pas ma main. Je peux facilement arrêter ma jument tout en laissant glisser mes rênes, parce que c’est mon corps qui lui dicte l’arrêt. Ne dit-on pas que pour rassembler un cheval il faut pousser le cheval sur la main? Il ne faut donc pas tirer sur les rênes ou cisailler avec ses mains… Il faut appliquer un contact léger et donner au cheval assez d’impulsion pour le pousser sur la main… Lui donner assez d’impulsion pour se soulever sur la main. Alors pourquoi est-ce que l’embouchure ou la « non-embouchure » importe t’elle? Ce n’est pas du tout la main qui fait le mouvement, mais l’addition de la main, du poids du corps, de l’assiette, de la jambe et de l’énergie!! Si tout le reste est impeccable, le fait de ne pas avoir de mors ne devrait pas être un problème

n’est-ce pas? Personnellement, je vois le fait de faire des figures de dressage complexes sans mors comme un superbe défi à relever… Dans ma tête, ce n’est nullement impossible!! Parce que je ne vois pas la main comme la partie principale du dressage, mais bien comme une partie secondaire qui soutient le reste.


Petite tranche de vie personnelle : J’ai été suivre une clinique de concours complet dans un centre très réputé du Québec. J’ai demandé à mon instructeur s’il était d’accord de me voir monter sans mors. Son visage indiquait clairement une appréhension, mais comme cet homme est ouvert d’esprit, il m’a donné son accord, me disant que si ça n’allait pas, on mettrait un mors, mais il m’a donné la chance de lui prouver que c’était sécuritaire. Nous avons commencé le cours, ma jument était stressée, mais entièrement sous contrôle, je n’en ai jamais entendu parler par la suite et j’ai fait exactement les mêmes exercices que tous les autres, et avec succès! Sur le terrain de cross et sur le carré de dressage, ma bride sans mors n’a jamais été un obstacle ou un frein!! J’ai été bien heureuse d’avoir un professeur de ce niveau et de ce calibre (il a fait les jeux panaméricains et avait été sélectionné pour l’équipe olympique, mais n’a pas pu y aller dû à un malheureux accident) en concours complet qui m’a laissé la chance de prouver que le mors ne fait pas le contrôle!!



Voilà pourquoi aujourd’hui j’ai la conviction que le fait de monter sans mors ne me ralentit pas, ne me restreins pas et ne m’empêche surtout pas de progresser. Je crois aussi que ma réussite sans mors part principalement du fait que j’y crois à 100%, jamais il ne me vient en tête que je pourrais rater quelque chose parce que je suis sans mors. Il n’y a aucune différence pour moi! Cela part aussi du fait que pour moi les mains ne font qu’encadrer, le mouvement ne part pas de la main… Il part de tout notre corps. Voilà pourquoi monter sans mors ne veut pas dire monter sans précision! Si vous montez en mors et n’avez pas de précision, ne pensez pas en trouver sans mors… Peu importe ce que notre cheval a sur la tête (ou pas), si vous savez utiliser tout votre corps, vous ne manquerez pas de contrôle. 



1 vue

Hippi-que & compagnons

702, 10e Avenue, Senneterre

hippi-que_compagnons@outlook.com

  • Facebook - Black Circle
  • YouTube - Black Circle
  • Instagram - Black Circle

© 2020 Par Jessica Skene | Propriétaire