Mais t’es même pas assise dessus… à quoi ça sert



"Mais t’es même pas assise dessus… à quoi ça sert? " Combien de fois a t'ont pu entendre ces mots avant que l’éthologie ne devienne populaire? Et même encore aujourd’hui il arrive encore d’entendre ce genre de discourt! « Mais tu le travail au sol et t’es même pas dessus… ça ne sert à rien! » ou encore le fameux « tu le longes et il n’est même pas enrêné, tu ne le travail pas vraiment! » oh et encore une petite« le travail au sol c’est pour les gens qui font des tours de cirque ça ne me servirait à rien ». Puis certain se frustre, d’autres son un peu sous le choc et d’autres ont un petit rire intérieur… Beaucoup argumentent, d’autres se retirent sans dire un mot et je dois dire que j’agis des 2 façons selon qui j’ai devant moi…



Avec certaines personnes avec qui je ressens une certaine ouverture d’esprit, j’essaie de discuter, poliment et avec respect, pour leur expliquer mon point et avec d’autres il ne suffit que d’un seul regard pour comprendre qu’ils ne sont absolument pas ouverts et que la discutions ne mènerait strictement à rien, alors je ne dis rien et je me retire. Le fait est que le travail au sol n’a pas encore une grande réputation partout, je parle ici de travail au sol et pas de longer un cheval enrêné, ce qui est du travail physique, mais pas du tout psychologique. Ces biens-faits sont encore assez mal connus ou assez mal compris et encore bien sous-estimés. Parce que le travail physique peut se voir à l’œil, on voit le travail, on voit les efforts, on voit la sueur et on voit aussi le changement de musculature au bout d’un certain temps, alors que le travail psychologique ne peut pas s’observer avec les sens, on le sait, on comprend la différence de comportement et on sent que c’est différent, mais on ne voit aucun changement physique sur le cheval.



Les fins observateurs, ceux, qui souvent, ont adopté le travail au sol me répondront que c’est faux, qu’on peut voir des changements physiques sur un cheval qui est travaillé au sol : un cheval moins tendu, des yeux plus calmes, des oreilles moins frivoles, des lèvres moins pincées, des allures plus fluides… Mais la plupart des gens ne remarquent pas ces petits changements subtils, ce n’est pas assez évident!

Le travail au sol, parlons-en!!! Il apporte en effet des bienfaits physiques et psychologiques et il est important de savoir à quel point ce travail est important dans le développement d’un cheval! J’exclus du travail au sol le fait de longer un cheval, ce type de travail n’est adéquat que lorsque l'on doit remuscler un cheval après un problème de santé, lorsque l'on a un problème de "fitting" de selle ou lorsque l’on ne peut monter son cheval pour X raisons et qu’on doit le garder musclé… Sinon vous pouvez le travailler vous-même sans avoir recours à de quelconques artifices pour le forcer à s’arrondir, je préfère de loin prendre le temps de lui apprendre moi-même, avec mes simples petites mains qui sauront le guider sans le forcer!



Pour ceux qui me diraient que longer un cheval avant de le monter lui permet de brûler son énergie, je dirais ceci : c’est faux! Vous allez simplement le rendre plus endurant et il vous sera de plus en plus difficile de le « calmer ». Tourner en rond est un travail vide, sans aucun sens! Vous n’avez pas besoin de fatiguer votre cheval avant de le monter (et entre nous s’il est fatigué comment voulez-vous qu’il mette son énergie dans le travail par la suite…) vous avez besoin de le concentrer, de préparer son mental pour le travail qui viens, pour que son cerveau soit prêt à recevoir toutes ces nouvelles informations. Lorsque vous défoulez un cheval avant de le monter, son cerveau est en mode jeu, en mode excitation… vous posez ensuite vos fesses sur votre selle et exigez de lui qu’il ne soit le parfait petit élève calme et concentré, alors que vous venez tout juste de faire montrer son énergie et l’avez mis en mode excitation… Trouvez-vous cela logique?



Si votre cheval a accès à un pré avec des congénères, je ne vois pas pourquoi il aurait besoin de se défouler avant de travailler, il peut très bien le faire par lui-même avec ses copains au pré… Si votre cheval n’a pas accès à un pré tous les jours, alors faite en sorte que ça change, vous ne pouvez exiger de lui qu’il soit parfait et concentré alors qu’il n’a même pas la chance de dépenser son énergie et de jouer tous les jours. Le seul moment où il pourra enfin se dégourdir les pattes ce sera dans vos séances de travail, alors ne vous demandez pas pourquoi il en profite pour s’amuser un peu!



Revenons-en à nos moutons! Les bienfaits du travail au sol sont nombreux, maintenant que je vous ai expliqué pourquoi longer un cheval ne fait pas partie de ce que j’appelle le travail au sol, j’aimerais vous parler de ses nombreux bienfaits. Ce type de travail à comme avantage de pouvoir être commencé très jeune, voire dès la naissance (non, pas besoin de licol ou de longe pour commencer à travailler un poulain au sol, notre simple présence, un petit coup de brosse, quelques objets étranges présentés ici et là constituent du travail pour un poulain), il prépare le jeune cheval au travail en selle tout en douceur en lui apprenant les codes importants dès le plus jeune âge (cela aura pour effet de diminuer de beaucoup son stress face à cette étape importante de sa vie), il permet également d’enseigner de nouvelles choses au cheval en étant au sol, ce qui l’aidera à comprendre plus rapidement une fois en selle, il prépare un cheval joueur et exubérant au travail sans pour autant le contraindre ou le frustrer, il nous permet de travailler avec un vieux cheval qui serait devenu un peu trop vieux pour supporter quelqu’un sur son dos, bref le travail au sol peut suivre un cheval toute sa vie alors que le travail en selle ne sera qu’une partie de sa vie. C’est un complément très important du travail en selle tout au long de la vie du cheval et un outil d’apprentissage formidable.



De plus, il vous permettra de vivre plusieurs moments magiques lorsque votre cheval vous offrira une séance de jeu formidable, où il aura envie d’être avec vous et où vous aurez du plaisir tous les deux, sans pour autant être complètement déconnecté comme lors des séances de défoulements. Il voudra jouer avec vous et vous serrez connecté, son attention sera sur vous et le niveau d’énergie ne sera pas trop explosif, votre cheval sera donc dans le travail, mais dans un travail amusant pour lui aussi.

Lorsque vous travaillez au sol, vous avez aussi la possibilité de voir votre cheval, de voir ses mouvements, ce qui vous permettra de travailler sur la précision de certains mouvements que vous pouvez sentir en selle, mais que vous ne pouvez pas voir.



Il est possible de faire, en travaillant au sol, presque tous les mouvements que vous faites en selle. Vous pourrez également facilement voir son langage corporel, écoutez ce que votre cheval vous dit, cela vous permettra d’ajuster votre travail avec chacun des chevaux que vous allez travailler dans votre vie, car ils sont tous différents et ce qui peut être facile pour certains peut être très difficile pour d’autres. Misez sur les forces de chacun et respectez les limites qu’ils vous donnent, car ces limites ne sont pas fixes, elles changeront au fil de vos progressions, mais il est important de respecter ce que le cheval peut vous donner à cet instant!

 Le travail au sol et le travail en liberté vous aideront en selle bien entendu, mais vous aideront également dans vos manipulations de tous les jours : l’embarquement en remorque, récupérer votre cheval au pré, le pansage, les soins, les balades, le travail de dressage, les sorties en concours… Plus vous travaillerez votre cheval sur différents aspects (et pas juste venir et le monter), plus votre relation évoluera dans le bon sens et plus votre cheval trouvera son humain agréable.



0 vue

Hippi-que & compagnons

702, 10e Avenue, Senneterre

hippi-que_compagnons@outlook.com

  • Facebook - Black Circle
  • YouTube - Black Circle
  • Instagram - Black Circle

© 2020 Par Jessica Skene | Propriétaire