Adieu...



Vient un moment dans la vie où nous devons faire face à une situation déchirante : LA décision… Celle que notre devoir de partenaire nous incombe de faire pour notre cheval. Vous devez commencer à vous douter de quelle décision je parle. Celle de décider du moment où notre dadou chéri pourra arrêter de souffrir et partir avant que ses souffrances soient trop importantes. C’est là où je suis rendu… C’est le choix que je dois prendre pour ma vieille Mimi adorée. Mimi avait, depuis plusieurs années, des problèmes de santé qui se contrôlaient bien : MPOC (maladie pulmonaire obstructive chronique), allergie aux moustiques et arthrose.



Dernièrement, ces problèmes qui se contrôlaient si bien ont commencé à échapper à mon contrôle… Les crises de MPOC étaient plus longues et depuis le printemps elle n’a jamais cessé d’être raide, voire de boiter de son antérieur. Elle avait tout de même la pêche et était toujours aussi vive! Même si les intempéries la fatiguaient plus facilement et qu’elle commençait

à avoir moins d’énergie. Tout était dans ses yeux… Ils

commençaient à être fatigués. J’ai commencé à comprendre que l’Heure avec un grand H approchait… Je me préparais mentalement et me disait que ce serait pour bientôt. Mais j’avais encore un mince espoir que la situation s’améliorerait… Mais elle ne s’améliora pas.



Rien ne vint jamais affecter son caractère un peu dominant et sa petite bouille farceuse, mais fallait-il en arriver au point où elle souffrirait assez pour perdre sa personnalité pour prendre cette décision? Non, je ne voulais surtout pas la voir comme ça… Puis une enflure à un membre de plus et voilà la goutte qui est venue remplir mon verre presque plein… J’ai compris que c’en était assez! Son arthrose ne s’améliorait pas et nos hivers durs arrivant, le déclic s’est fait dans ma tête et s’est présenté comme une vraie bombe… C’est l’Heure avec un grand H. On pense souvent que la décision arrive comme par magie et qu’elle est évidente à prendre… Mais ce n’est ni blanc, ni noir, c’est gris et nébuleux et on n'est, jamais 100% convaincu… En tout cas pour moi.


Notre toute dernière photo de famille

Je crois fermement que c’est pour lui éviter la souffrance, mais il reste toujours une petite part de nous qui se dit : j’aimerais la garder encore. On a toujours ce petit doute à savoir si on prend vraiment la bonne décision. Mais ce serait totalement égoïste et mon amour pour elle est plus fort que mon amour pour moi-même, il me faut lui dire au revoir et la laisser partir. Tout ça parce que je l’aime et que je ne veuille pas la voir souffrir, ça m’est insupportable, encore plus insupportable que le vide qu’elle va laisser derrière elle. Comme pour me montrer que ma décision était bel et bien la bonne, elle s’est mise à boiter de plus en plus dans la semaine qui la séparait de notre dernier rendez-vous. Je ne pouvais pas la laisser ainsi… Je ne le pouvais simplement pas. Puis la semaine avançait et je la voyais souffrir... Même si je savais que ma décision était la bonne, plus la semaine avançait, plus j'avais des papillons dans l'estomac. Je souhaitais que tout se passe bien et que ça soit tout en douceur. Mais j'avais confiance en ma vétérinaire et c'est ce qui s'est passé... Elle est partie tout en douceur et mes papillons se sont envolés avec elle... Je sais que c'était la bonne chose à faire. Elle ne souffre plus.



Mimi est arrivée dans ma vie lorsqu’il y avait un énorme vide à combler, elle est arrivée au bon moment pour moi. J’étais une adolescente perdue, troublée et qui manquait totalement de confiance en elle.  Elle m’a aidée à me relever, elle a été mon amie, ma confidente, ma psychologue, une épaule sur laquelle j’ai pleuré tant de fois… Et cette épaule sur laquelle j’ai pleuré pour la dernière fois en lui disant adieu. Je lui dois cela… je lui DOIS! Elle m’a tant appris, elle m’a fait rire, elle m’a fait pleurer, elle m'a fait rager, elle m'a fait sourire et surtout elle m’a aimée comme j’étais… Elle m’a accordé sa confiance alors que tant d’humains l’avaient malmené… Cette confiance m’a permis d’augmenter ma confiance en moi-même…



Elle m’a fait vivre tant de choses, elle a été LE PONEY, celui avec qui ont a tout fait, avec qui on a appris, avec qui on est tombé et surtout avec qui on s’est toujours relevé!! LE poney avec qui on a commencé, le premier à avoir jamais conquis notre cœur, celui qui a rempli ce vide qu’on avait désespérément besoin de combler, celui avec qui on a vécu tant d’aventure et qui a eu la patience de pardonner tant d’erreurs.



Le vide qu’elle a rempli se videra à nouveau, mais mon cœur ne sera tout de même pas vide, elle m’a offert Sonara qui remplit toujours une partie de mon cœur et qui me laissera un souvenir vivant d’elle que je continuerai de chérir tous les jours. Il me restera aussi tous ces souvenirs heureux vécus à ses côtés, ces souvenirs deviendront peu à peu une source de réconfort plus qu’une source de larme… Le temps est le guérisseur de tous les maux et elle restera dans mon cœur à tout jamais.  



Tu m’as conquise quand j’ai posé mon regard sur toi, tes petits yeux pleins de malices, ta grande personnalité et ta petite bouille m’ont fait craquer. Tu étais de la vraie bombe à chevaucher, nous avons fait les 400 coups et vécus tant d’aventure! Mon fidèle destrier sans peur qui aurait pu me porter jusqu’au bout du monde. Voilà comment je veux me souvenir de toi… J’ai maintenant rempli ma promesse, celle que je t’avais faite il y a maintenant 11 ans. J’ai été ta dernière famille. Je t’ai laissée partir tout en douceur, tu peux te reposer maintenant, les souffrances sont terminées. Tu as été si aimée, tu m’as rendue si heureuse, sache-le. Merci encore d’avoir été une amie si formidable, adieu ma petite mémé tannante.





La toute dernière photo

Hippi-que & compagnons

702, 10e Avenue, Senneterre

hippi-que_compagnons@outlook.com

  • Facebook - Black Circle
  • YouTube - Black Circle
  • Instagram - Black Circle

© 2020 Par Jessica Skene | Propriétaire